Deleuze : éthique de Spinoza — L'esprit de paradoxe (3/5)

Publié le par Ritoyenne

Troisième d'une série de 5 cours de Deleuze sur l'éthique de Spinoza, qui je l'espère vous plaisent autant qu'à moi, donnés à Paris8 dans les années 80.

L'esprit de paradoxe

"Philosophie comme système de jugement ?".
Forme du paradoxe ...
Le philosophe "ce bon à rien" toujours prêt à causer, "se baladant sur la place publique" fait surgir le paradoxe .. Qu'est-ce que le paradoxe ?
"Il y a quelque chose qui est, mais vous ne pouvez pas le penser. Débrouillez-vous avec ça !" (ouh ça va faire tilter Sancho ça ! Picole pas trop mes mp3 stoplé !)
etc.
Zénon d'Elée et les paradoxes de l'impensabilité du mouvement en tant que mouvement, Socrate et les paradoxes de l'impensabilité du mal en tant que mal, etc.
"Pourquoi ces paradoxes leur procurent un plaisir si intense, à ces philosophes ?" (Sancho ! Arrête !)
La question du mal, la logique qui refuse de penser le mal (paradoxe du logos), etc.
"Le mal n'est rien .. parce que seul le bien fait être et fait agir. Ca, c'est signé Platon, Leibniz .."
Mais que dit Spinoza ?
"Une autre étrange race de philosophe nous disent : Le mal n'est rien ... parce que le bien non plus ! *rires*"
"Le mal n'est rien .. oui .. mais moi je suis celui qui vous annonce qu'il n'y a ni bien ni mal .."
Par delà le bien et le mal ? Nietzsche ? Mais .. Par delà le bon et le mauvais ?
"Il n'y a ni bien ni mal mais il y a du bon et du mauvais, .. voilà exactement la soudure entre l'éthique et l'ontologie."
"Seul le débrouillage du bon et du mauvais peut nous porter jusqu'à l'être ... l'éthique est la vitesse qui nous conduit le plus vite possible jusqu'à l'ontologie .. c'est à dire à la vie dans l'être".

Cet objet nécessite un plugin pour être lu ou le fichier n'est pas accessible.
Vous pouvez tenter d'ouvrir directement le fichier par ce lien


Les deux premiers cours sont ici et ici

Publié dans La philosophie en vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ritoyenne 16/12/2006 17:23

Il suffit de marcher pour prouver le mouvement.

arlette 16/12/2006 02:58

Ce monsieur Zénon d'Elée qui joue avec sa flèche ...!!! Si les philosophes débouchent sue l'impensabilité du mouvement ...le mathématicien plus pragmatique débouche sur la somme qd n tend vers l'infini des n premiers termes d'une suite géométique ........à chacun ses jeux !!!
Premier terme Uo = 1/2 raison q = 1/2 forme générale Un = Uo*qexp(n) qui donne pour la distance parcourue par la flèche                              S = Uo * (1-qExp(n) / 1-q c'est à dire après un bref calcul 1/2*1/(1-12) puisque 1/2exp (n) tend vers zéro qd n tend vers l'infini ce qui fait S = 1 et sa flèche il l'a juste ds le c. l puisqu'elle atteint bien sa cible !!
Les philosophes devraient regarder ce qui ce passe dans le jardin du voisin ( idem pour le mathématicien ) Vivons ds le monde et non dans notre monde comme disait mon copain Krikri !!!!