De la nécessaire transformation de l'enseignement de la philosophie

Publié le par Ritoyenne

« Pour enseigner la philosophie dans le but que la majorité des élèves se l’approprient afin de s’efforcer de penser par eux-mêmes, Il faut surtout

1)Transformer la pédagogie pour faire percevoir ce qui en fait l’essence même: l’esprit de réflexion critique par la recherche personnelle guidée et éclairée conceptuellement par des enseignants au service des questions que se posent les élèves, ne serait-ce que pour les aider à les mettre en forme de manière plus rigoureuse et en déceler la nécessité en les problématisant (montrer quelles contradictions apparentes ou fondamentales se jouent derrière les opinions toutes faites et les questions que l’on se posent en croyant pouvoir y répondre sans en travailler les termes) et la production de textes argumentés et discutés en visant les enjeux existentiels de ces questions.

2) Pratiquer la philosophie en ateliers d’écriture conceptuelle argumentative et dialectique et éviter les cours magistraux déconnectés des interrogations de nos élèves à propos des auteurs qu’il faut étudier non pour eux-mêmes mais pour leur pouvoir d’éclairement de ces interrogations et de leurs enjeux éthiques, de connaissance, politiques, esthétiques inter-subjectifs etc..

3) Eviter de faire de la philosophie une discipline qui ne viserait qu’une performance rituelle et préformatée à l’examen; donc déplacer son enseignement en amont de la terminale et proposer des exercices plus courts et moins ambitieux (surtout au début) que la trop fameuse dissertation ou étude d’un texte inconnu qui est souvent une épreuve de pure rhétorique et/ou une mauvaise paraphrase assorties de citations sorties de leur contexte de sens, en guise d’argument d’autorité, et trop généraux et de ce fait bien souvent confus, pour être signifiants.

4) Refuser de ne faire que de l’histoire de la philosophie en oubliant (et en faisant croire illusoirement) que l’on peut en faire sans philosopher soi-même (bien ou mal c’est une autre question, mais ce ne peut être que très mal si on se dérobe hypocritement en prétendant n’être qu’enseignant de la philosophie et de son histoire). Il n’y a pas d’enseignement de la philosophie et de son histoire qui ne soit pas philosophique et expliciter cette indissociation en argumentant le point de vue philosophique pris sur cet enseignement et l’histoire de la philosophie est une des conditions pour faire et faire faire de la bonne philosophie; c’est à dire autre chose qu’un rituel pour briller à l’examen, voire en société.

Autant dire qu’un enseignement de philosophie doit être philosophique et qu’il ne peut l’être qu’en se désinstitionalisant dans ses formes et son but. Il y a un conflit que l’on doit tenter d’exploiter en le manifestant, c’est à dire en en faisant un objet philosophique central de l’enseignement, entre les exigences de la formation à la pensée philosophique et ses véritables enjeux existentiels et le fait qu’elle est considérée comme une discipline sélective socialement conformiste destinée à une élite qui s’en prévaut pour se distinguer.

Le 17/06/06 »


LIEN

 

Publié dans Divers

Commenter cet article

Ritoyenne 11/01/2007 09:28

(c'est un prof qui a écrit ça, pas un élève)

Kevin 10/01/2007 21:52

C'est idiot de vouloir réformer l'enseignement. Si celui-ci n'est pas pleinement satisfaisant, il présente quand meme un certain interet. Personnellement j'apprend beaucoup. Ce qui manque, parce que j'ai aussi un énorme appétit philosophique, je vais le chercher moi meme, ailleurs, sans me plaindre. Celui qui ne pratique la philo que dans l'optique de l'examen rituel est un idiot, et personne ne le force.

Noloiv 09/09/2006 18:15

Là je suis entièrement d'accord, je me souviens encore de ma prof qui disait, le jour J ne prenez pas de risques, déroulez tout le cours intelligemment, et ça ira! Mais bon, enocre si ce n'était que ça! Ce que je ne supporte pas ce sont les professeurs qui profitent du fait que l'ont soit novices en matière de philosophie pour nous imposer ses propres idées, auquelles la plupart adhèrent sans même se poser de questions! Elle l'a dit, donc c'est vrai! --> Effroyable!