L'imparable et très prévisible ballet des AG parisiennes s'annonce — à Tolbiac l'honneur, comme dhab.

Publié le par Arthur le roi des cons

Entre six cents et huit cents étudiants (selon les sources), réunis mercredi 9 mai en assemblée générale à Paris-I Panthéon-Sorbonne, ont voté la grève et le blocage du site de Tolbiac pour protester contre les réformes universitaires annoncées par Nicolas Sarkozy avant son élection. Il suffit de bloquer les ascenseurs des tours de l'université qui donnent accès aux salles de cours pour en interdire tout accès.
 

Selon un membre du syndicat SUD-Etudiants, les revendications des étudiants débordent les seules réformes universitaires et concernent toutes les "réformes antisociales (service minimum, contrat unique, sans-papiers) qui devraient passer pendant l'été".

"On va aller dans les TD [travaux dirigés], faire descendre les gens et bloquer les accès", a expliqué un membre de la CNT (Confédération nationale du travail). Durant l'assemblée générale, de nombreux membres du principal syndicat étudiant, l'UNEF, ont fait part de leurs réserves quant à l'hypothèse d'une grève et d'un blocage, alors que Nicolas Sarkozy n'a pas encore accédé à la présidence de la République.
Interrogé par le site Internet de LCI, Bruno Julliard, le président de l'UNEF s'est dit "opposé" à cette contestation qu'il juge "contre-productive". "On pense qu'il faut respecter le résultat du suffrage. D'un point de vue démocratique, personne n'a la légitimité de contester ce vote, explique-t-il. On ne peut pas contester une réforme qui n'existe pas. C'est le meilleur moyen de crédibiliser le futur travail des syndicats lors des négociations." François Goulard, ministre délégué à l'Enseignement supérieur, a aussitôt demandé au président de l'université de Paris 1 de "prendre toute mesure pour assurer la liberté d'accès au site et la continuité du service public." Il considère dans un communiqué "comme profondément inadmissible qu'une minorité d'extrémistes, manifestant leur mépris de la démocratie, prétendent s'opposer à la mise en œuvre du programme du président de la République".

(Le Monde)


Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article