Derrida — Croyez vous aux fantômes, monsieur Derrida ? | mise à jour du 23/01/07

Publié le par Ritoyenne

********** Mise à jour du 23/01/07 **********

La vidéo n'était plus disponible. Je l'ai retrouvée, avec un petit bout en moins, mais l'essentiel est là.
Merci à
Philippe Lipcare pour m'avoir signalé le problème technique, et qui me disait en commentaire :

« Problèmes techniques? de droits? J'espère que vous pourrez la remettre en ligne... »

Voila qui est fait :)


*****************************************

Croyez vous aux fantômes, monsieur Derrida
?


Qu'est-ce qu'un fant
ôme ? L'acteur ne donne t-il pas du champ aux fantômes ?
Quels rapports entre cinéma et fant
ômes ? La technologie restreint-elle l'espace d'apparition des fantômes ?
Laisser venir à nous les fant
ômes ?
Etranges questions abordées par Derrida, dans ce court métrage.

Publié dans La philosophie en vie

Commenter cet article

Lipcare 28/01/2007 14:23

Merci!

Philippe Lipcare 23/01/2007 12:16

Merci pour votre blog (pas si en désordre que ça). Je suis arrivé ici par une recherche sur le fantôme et Derrida, mais en essayant de voir la vidéo un message s'affiche, m'indiquant qu'elle n'est plus disponible...Problèmes techniques? de droits? J'espère que vous pourrez la remettre en ligne...Merci et à bientôt

Ritoyenne 18/11/2006 00:27

J'ai fait une GROSSE erreur, en écrivant "phantôme" à la place de fantôme! et personne ne me le fait remarquer! grou!Jeannot --> J'essayerai d'y mettre de l'ordre. T'en fais pas je compte continuer :) Je prends juste une petite pause, qui s'impose un peu à moi dernièrement.Verna -->"et la  vidéo est terrifiante terrifiante l'image d'un philosophe qui, arborant l'élégance glauque d'un croque-mort et l'assurance satisfaite d'un homme d'affaires, invite avec des regards malicieux à l'enterrement de l'humain en proclamant être lui-même un fantôme !"Je crois que tu n'as pas très bien compris le propos du philosophe. Il aborde ici la question du cinéma. Il s'agit d'un court métrage, et non pas d'un reportage, d'ou la mise en scène (dont le coup de fil ne fait pas partie). L'aspect macabre de la questionnante est voulu."terrifiant, l'effet instantané de la parole d'un philosophe médiatisé sur cette représentante de la jeune génération en quête de repères..."C'est un personnage de ... CINEMA! Il s'agit d'une réflexion à propos du .. CINEMA!"certainement qu'il ne veut pas qu'on le prenne au mot, me suis-je dit au début, il ne fait que répondre d'une manière provocatrice à la question, par jeu de mots, il veut dire: " les iées, les sentiments on ne les voit pas, donc on peut dire qu'ils sont des fantômes" "Encore une fois, je précise que c'est un court métrage, qui se veut une reflexion sur ce qu'est le cinéma."eh bien, il est allé jusqu'au bout !bien que comprenant parfaitement qu'on le prend au mot, il n'est point intervenu pour dissiper la confusion ! ""n'est-ce une preuve qu'on a ici affaire à un grand lapsus révélateur ?tout en croyant ne faire qu'une provocation, il avoue en fait une intime conviction : qu'il est un fantôme,que nous tous ne sommes que des fantômes !"Quand il se dit fantôme, il parle de ce qui se présente à nous : c'est à dire son image cinématographiée. Ce dont il parle ici, c'est de la façon dont il se présente à celui qui visionne le film.D'ailleurs, je rappelle ce que le mot fantôme signifie : celui qui revient d'outre tombe, d'une façon désincarnée. N'est-ce pas précisémment la façon dont nous "apparait" Derrida dans ce document ? Plus qu'une apparaition, d'ailleurs, il est question ici d'une vision, d'un visionage ... "vision" .. fantasma en Grec .. mot à partir duquel nous avons creé le mot .. fantôme.

véra 17/11/2006 20:35

plus qu'étranges questions,et la  vidéo est terrifianteterrifiante l'image d'un philosophe qui, arborant l'élégance glauque d'un croque-mort et l'assurance satisfaite d'un homme d'affaires, invite avec des regards malicieux à l'enterrement de l'humain en proclamant être lui-même un fantôme !terrifiant, l'effet instantané de la parole d'un philosophe médiatisé sur cette représentante de la jeune génération en quête de repères...certainement qu'il ne veut pas qu'on le prenne au mot, me suis-je dit au début, il ne fait que répondre d'une manière provocatrice à la question, par jeu de mots, il veut dire: " les iées, les sentiments on ne les voit pas, donc on peut dire qu'ils sont des fantômes"cette provocation, une tentative du mâle vieillissant d'impressionner une belle jeune femme ? concédons, un homme gît dans tout philosophe, mais jusqu'où va-t-il aller ?  eh bien, il est allé jusqu'au bout !bien que comprenant parfaitement qu'on le prend au mot, il n'est point intervenu pour dissiper la confusion ! n'est-ce une preuve qu'on a ici affaire à un grand lapsus révélateur ?tout en croyant ne faire qu'une provocation, il avoue en fait une intime conviction : qu'il est un fantôme,que nous tous ne sommes que des fantômes !quelle meilleure manière d'anihiler voire de tuer la vie et l'humain qui est en nous ?quelle est cette philosophie qui ne croit plus à la vie ?

Jeannot 16/11/2006 17:30

Bonjour,
Juste un mot pour te souhaiter bon courage. Il faut absolument continuer.
 Suggestion:  Pense simplement à mettre un peu d'ordre sur ton blog! Cela viendra avec le temps, n'est-ce pas ?
Cordialement,
Jeannot