Carl Gustav JUNG — documentaire 2/2

Publié le par Ritoyenne

deuxième partie du documentaire sur JUNG.





Publié dans La philosophie en vie

Commenter cet article

Roland 22/06/2007 23:00

Il est frappant de voir que, pas seulement Jung, c'est général, et lui-même a constaté ça comme un fait psychologique, qu'il recommande en outre comme bien, cette attitude dite "positive" face à la mort qui est   de faire comme si on était inconscient de sa réalité, comme disait Pascal "courir dans le précipice après avoir mis quelque chose devant les yeux pour ne pas le voir". Bref une drogue.Il est "marrant " de voir ce principe et cette réalité même de se droguer (même si dans ces cas on se drogue, ceux qui y parviennent! aux sophismes, à la connerie (c'est de loin la drogue la plus employée!) à l'amour (mais c'est à double tranchant! oh combien!), au travail, ou aux tranquilisants "officiels" vendus sur ordonnance par les mutinationales pharmaceutiques)  non seulement reconnue mais prônée (puisqu'elle prone la "pensée positive", la "sérénité" etc) par la pensée officielle. Et cette même société  qui a cette même idéologie, en même temps pousser des cris d'orffraie et condamner (non, criminaliser carrément) devant les "drogues" , et ce même .... d'une manière générale ! (et en plus avec une exacerbation névrotique y incluant un nombre de plus en plus grands de choses, actuellement l'alcool, le tabac, demain le café? l'amour ? on n'en est plus loin ça vient, etc? et en poursuivant pénalement et violemment de manière de plus en plus "hystérique" les "contrevenants") Ne se rendant pas compte apparemment à quel point de la contradiction essentielle qu'il y a dans cette attitude, par quel bout qu'on la prenne !

Roland 22/06/2007 22:31

"nous échappons au gens, à la culture, au monde qui nous entoure, et nous trouvons dans notre propre centre notre propre personnalité" Oui, mais cette personnalité elle est faite de quoi?!Ou il croit à la métempsychose, et que cette personnalité n'est autre que celle  issue de nos vies antérieures, ou bien qu'est-ce qui forme la personnalité si ce n'est les circonstances et influences?Quel est ce magique "moi profond" à moi personnellement qui se crée lui-même ? et qui est seulement caché par  ... tout le reste. c'est pas un peu "magique" comme mode de pensée? littéraire en tous cas.Et j'avoue que cette obsession pour "le moi" pardon! "le Moi"!! (par exemple j'ai remarqué qu'on dit que certaines cultures  religieuses et traditionnelles croyaient que les rêves disaient le plus profonde vérité de notre âme, pas du tout, c'est la psy qui dit ça, ces cultures traditionnelles justement croyaient que les rêves disaient la vérité du monde OBJECTIF  et EXTERIEUR, annoncaient l'avenir, étaient envoyés par Dieux, qui pour elles étaient quelqu chose de tout à fait objectif, pas notre fameux moi intérieur. ce sempiternel  hochet de papier-crépon, qui de nos jours devient un peu trop nombrillique et obsessionnel (sous l'influence de l'Hindouisme, ou plutôt du New Age, et du narcissisme moderne?) et qui sent vraiment le renfermé.Et d'ailleurs ce qui fait vivre le moi, c'est autrui, et ce sont sa structuration avec des choses extérieurs et des valeurs, quelles que soient leur réalité en fin de compte, c'est tout ce monde "objectif" et "extérieur" qui donne du poids même à notre moi profond.