Des politiques qui ne servent à rien ? (P.Zaoui)

Publié le par jp


Séminaire
 Des politiques qui ne servent à rien ?


  Emission diffusée le
> 18 Octobre 2007
  Ecouter le programme


S¿il y a une constante ambiguïté de la philosophie française d¿après-guerre, c¿est d¿avoir à la fois rendu tout politique et d¿avoir, apparemment, tout retiré à la politique au sens traditionnel (comme science du bon gouvernement). Rechercher les rapports de pouvoir et les possibilités de transformation de la vie collective au sein de ce qui est apparemment le moins politique ¿ en art, en littérature, en science, en philosophie, mais aussi bien dans la vie quotidienne : dans nos désirs, nos sexualités, nos rencontres, ou encore, au contraire, dans des expériences plus anonymes, aux confins : dans la folie, la maladie, le voyage, chez les peuples nomades ou chez ceux dits sous-développés. Mais simultanément se désintéresser des questions concrètes d¿organisation de l¿État ou de régulation de l¿économie, en refusant les pièges (mais peut-être aussi les nécessités) de toute politique partisane, idéologique, programmatique (révolutionnaire ou réformiste). De Sartre à Foucault, Deleuze ou Derrida, nous aimerions cette année essayer de mieux saisir ce rapport paradoxal à la politique, fait d¿engagement et de recul, de critique des grands systèmes abstraits mais aussi d¿indifférence pour les expériences privées, de multiplication des fronts et d¿apologie de certaines formes de désertion ou de traîtrise. Ne s¿agit-il là que d¿une énième mouture de politiques gesticulatoires ou romantiques « qui ne servent à rien » ? Ou au contraire de la prescience d¿une toute nouvelle manière d¿envisager la politique dont nous n¿aurions en vérité encore rien vu ? En d¿autres termes, nous aimerions essayer de concevoir une critique (au sens kantien) de la « critique radicale » (au sens marxiste ou nietzschéen) : que reste-t-il de la politique quand la critique se radicalise, rejetant d¿un même geste et l¿État et le marché, et le totalitarisme et le libéralisme, et la réforme et la révolution ?

Un séminaire donné par Pierre Zaoui.






Le libéralisme (avec P.Zaoui)
La démocratie selon R.Legros et M.Gauchet
La démocratie malade? Fleury, Badiou, Manent
P.Legendre: "la démocratie, cet ersatz de religion"

Publié dans La philosophie en vie

Commenter cet article