Devedjian : L'introduction du mot "sal..." en politique

Publié le par jp



Pour une fois que la politique française est franchement drôle, j'en parle, et je gâche une page pour partager ma crise de rire à l'écoute du « mot » laché en off - croyait-il - par Patrick Devedjian à propos d’une femme politique. 

Sur France Info :

 

« Nous allons pouvoir répéter le mot « salope » à l’antenne : c’est une citation dans le texte de Patrick Devedjian. »

 

Dans l’enregistrement, une mobilette couvre les voix, mais manque de chance pour l’intéressé elle s'en va au moment fatal.

 

Tout en s’excusant, Devedjian, qui ne sait plus où se mettre, s’enfonce lui-même. Il croit devoir préciser : 

« J’aurais pu dire ce mot au sujet d’un homme. » (authentique). 

Il avoue : « Ce n’est certes pas, loin de là, ce que j’ai dit de plus brillant. » On approuve en se tenant les côtes.

 

Cette histoire montre en tout cas une chose : le ridicule tue encore en politique - c’est rassurant. 

Pourquoi n'est-ce pas le cas en philosophie?


Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noart 03/07/2007 21:59

sa...perlipopette

jp 01/07/2007 23:39

Je suppose que vous avez vu le lien entre l'introduction de devedjian et celle de E.Faye. une différence cependant : devedjian est mort de honte, alors que Faye est invité à faire des conférences.

Roland 01/07/2007 13:32

Et les scientifiques donc!Quand on voit à quoi se ramène la source de l'"affaire" de Glozel (voir le livre là-dessus de André Cherpillod) !on voit que contrairement à ce qu'on pourrait penser chez plein d'intellectuels la susceptibilité personnelle, l'esprit de caste, le soucis de la carrière (et le terrorisme intellectuel, et le panurgisme!) compte bien souvent plus que le respect de la vérité.

Petit ours brun 30/06/2007 18:07

Les philosophes sont peut-être encore plus vaniteux que les politiques... (il faut tenter de concevoir la chose). ;)