Hitler — la folie d'un homme (vidéos)

Publié le par Ritoyenne

Longs extraits de l'hallucinant documentaire "Apocalypse : la seconde guerre mondiale" : 

 

 

 

 

 

 

v

 

 

 

 

 

 

 

A lire : la lettre d'Henri Ferter. 
Et de nombreux autres documents historiques sur le nazisme

Publié dans Le "cas Heidegger".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bel 27/10/2007 21:19

Cher monsieur JP,hélas! Non, vous n'avez pas compris.Ce n'est nullement la culture allemande que je mets en cause mais la paresse des intellectuels français qui n'ont jamais cherché à comprendre l'origine de l'être en faute d'Heidegger?.Pour cela il fallait aller voir ce qui s'était passé au foyer Saint Konrad en 1905. La paranoïa paraphrénique d'Heidegger commence là avec la violente répression de la liaison du jeune adolescent Martin avec le recteur des études Gröber. A l'automne 1905 Gröber a dû abandonner sa fonction auprès des adolescents et a été muté dans une paroisse de Constance. La souffrance morale du jeune Martin l'a conduit à un très fort ressentiment qui s'est changé en une haine de plus en plus structurée envers le christianisme et ses racines juives. Ce conflit entres ses aspirations affectives et l'interdit religieux s'est soldé en 1911 par le rejet de la métaphysique et de la théologie et par l'adhésion au projet nietzschéen  de libération de l'Allemagne de ce que Nietzsche dans son déséquilibre mental appelait déjà la haine juive, la haine des faibles contre les forts.Heidegger dès 1911 s'est fait le héraut de la révolution nietzschéenne et il a conduit cette renaissance déjudaïsante et réhellénisante jusqu'à sa dernière extrémité: l'anéantissement afin d'éviter , dit-il, tout risque de retour en arrière. Tout cela est dit dans ses cours sur Nietzsche, il suffit de les lire. il dit ouvertement prendre position pour la cause de Nietzsche, passer de la lecture de Nietzsche au travail et il va jusqu'à se présenter comme le Zarathoustra de Nietzche. Que doit-il dire d'autre pour être compris? En 1953 il se proclame ouvertement nazi en éditant le cours sur l'introduction à la métaphysique de 1935 qui est un appel exacerbé à la violence, cours qui précède son appel aux Français de 1937pour qu'ils collaborent  avec les nazis( premier annuaire de la ville de Fribourg édité par le maire nazi de Fribourg Kerber). Sa paranoïa va trouver son point culminant en 1943 lors de la commémoration de Hölderlin qu'il prépare depuis 1934 (La Germanie). Domaine prophétque dans lequel les autres intellectuels nazis n'ont pas voulu le suivre. Ils n'ont fini par comprendre qu'en 1943 que si on supprimait le judéo christianisme il fallait le remplacer par une autre idéologie car le substrat de la race des Allemands ne suffisait pas à remplir une vie spirituelle. la révolution avait besoin d'une dimension spirituelle et c'est à cette construction spirituelle qu'il a employé toute son énergie afin de permettre à la race allemande de devenir "maître du monde." Mais il paraît que Bel est un con, alors il vaut mieux qu'il se taise, n'est-ce pas?Michel BEL27.10.2007

jp 26/10/2007 22:10

Sans ironie, je crois que j'ai compris : en fait vous êtes comme Thomas Mann, vous considérez que la culture allemande est responsable de l'avènement du nazisme :"En 1945, Thomas Mann donna une allocution radiodiffusée intitulée Des Allemands et de l'Allemagne, dans laquelle il fit l'observation suivante: il n'y a pas deux Allemagne, une bonne et une mauvaise, mais seulement une qui, par une astuce du Malin, transforma le meilleur en pire. Pour l'auteur de Mario et le magicien, cet aveu représenta un revirement. Dans cette célèbre histoire, il avait montré l'assistance d'un théâtre se laissant, contre tout discernement, captiver et séduire par un charlatan, exactement comme les Allemands dans les années '30 avaient été hypnotisés par un petit caporal autrichien apparaissant comme le Messie. A la fin de la guerre, cependant, Mann se rendit compte que les horreurs du nazisme ne pouvaient être comprises comme une simple hypnose collective. Le problème n'était pas seulement Hitler ou l'hitlérisme, mais aussi qu'une vaste majorité d'Allemands avaient consciemment et volontairement fait plus de la moitié du chemin vers le Führer. La prise du pouvoir par Hitler n'a pas été un Betriebsunfall, comme les Allemands d'après-guerre aimaient à le dire, une sorte "d'accident industriel" imprévisible qui arriva à la nation de l'extérieur et laissa indemnes les traditions allemandes. Bien plutôt l'impérialisme génocidaire qu'il déchaîna sur l'Europe représentait l'apogée des tendances profondes de l'histoire allemande elle-même. Mann implorait ses compatriotes de ne pas être trop tolérants envers eux-mêmes. Leur tâche, insistait-il, était d'épurer les comptes, de faire le bilan de leur patrimoine national, de Herder à Heidegger, afin d'identifier et de confronter les illusions spécifiquement allemandes qui causèrent la catastrophe." http://www.republique-des-lettres.fr/224-martin-heidegger.phpArendt dénonce cela dans "Responsabilité et jugement" comme absolument injuste : les générations actuelles sont culpabilisées (j'ai des amis allemands qui ont hontes de leur pays !) tandis que les vrais criminels, les collaborateurs, ont toujours eu la conscience tranquille. C'est la première hypothèse de Mann qui est la bonne : le petit caporal se présentant comme le Messie. Le fait que les Allemands aient ensuite continué à soutenir Hitler vient de la structure orwellienne des régimes totalitaires, monde fictif entièrement dans l'illusion.

bel 26/10/2007 14:40

Comment pouvez-vous ici présenter la folie d'un homme sans voir par ailleurs, celui qui du fond de son orgueil l'a commanditée? Le grand philosophe guide du Führer, Martin Heidegger se prenant pour la nouvelle résurrection de Dionysos, le dernier Dieu. Pourquoi tous nos intellectuels sont-ils devenus aveugles au point d'encenser l'éminence grise du génocide et de la domination germanique du monde qualifiée de libération de la terre par le Dasein, un Dasein  transformé par l'endoctrinement nietzschéo-heideggérien en demi-dieu, en surhomme? Souvenez-vous de ses paroles: "Nous faisons une expérience avec la vérité . L'humanité en mourra peut-être . Eh! bien, soit ! ". A qui peut-on s'adresser aujourd'hui pour que la parole du Malin rusé et dissimulé soit enfin entendue?michel bel