News de Tolbiac

Publié le par Ritoyenne

"Le site de Tolbiac de l'université Paris-I, occupé depuis mercredi 9 mai par des étudiants qui tentaient d'organiser la contestation après l'élection du nouveau président de la République, Nicolas Sarkozy, a été débloqué jeudi.

La faculté, située dans le 13e arrondissement de la capitale, occupée par plusieurs centaines d'étudiants protestataires, a fermé ses grilles, jeudi matin, sur décision de son président. Vers midi, environ 800 étudiants réunis en assemblée générale ont voté le déblocage du site et la reprise des cours, "à une forte majorité", selon Yahn Ledenemat, étudiant en deuxième année d'AES (administration, économie et social), qui se satisfait de cette décision.

L'action, critiquée par l'UNEF, le principal syndicat étudiant, visait à dénoncer la réforme de l'université envisagée par le nouveau président, qui ne prendra ses fonctions que le 16 mai. Selon Yahn Ledenemat, les partisans de la fin du mouvement ont invoqué "un blocage inutile car aucun changement n'a été mis en place pour le moment". Ils ont évoqué "une action contre-productive avec un risque de se mettre à dos des étudiants qui pourraient se mobiliser, plus tard, si le programme de Nicolas Sarkozy était mis en place". Autre raison plus pragmatique pour le déblocage : l'échéance des partiels, qui commenceront dans une semaine.


VERS UNE AUTRE FORME DE MOBILISATION

Les cours devraient donc reprendre vendredi matin. Néanmoins, une nouvelle assemblée générale est prévue en fin de matinée. Plus question de blocage cette fois, mais de manifestations futures avec les étudiants à l'origine de ce mouvement de contestation et des membres de trois syndicats étudiants (SUD, FSE et CNT). "Nous sommes environ 400 à vouloir organiser la résistance", explique un étudiant en troisième année d'histoire, militant de SUD. Pour lui, le mouvement dépasse le cadre de la réforme de l'université. Il craint notamment "un durcissement des lois concernant l'immigration" et "une atteinte aux droits de l'homme et au droit du travail". "Nous prévoyons déjà des manifestations la veille ou le jour de l'investiture de Nicolas Sarkozy. Et surtout, nous souhaitons rester mobilisés en juin et en juillet, quand les premières lois seront votées", souligne-t-il.
"








Publié dans News

Commenter cet article